> Nos éclaireurs

Nos éclaireurs urbains


Les éclaireurs/ses sont des personnes, qui, pour différentes raisons, se retrouvent éloignées de l’emploi. Après avoir suivi notre formation professionnelle de 2 mois, ils sont rémunérés pour animer nos balades. C’est pour eux une activité-tremplin vers l’emploi de leur choix dans le cadre d’un parcours d’insertion socio-professionnelle.

Azzah a 34 ans, les yeux qui pétillent et déjà plusieurs vies derrière elle. Avec sa famille, elle a quitté son pays en guerre, la Syrie, pour arriver en France il y a 3 ans. Professeure de danse et chorégraphe, elle dirigeait une école de danse à Damas et continue d’exercer sa profession dès qu’elle le peut sur différentes scènes de la région. Avec son accent chantant et la poésie d’une langue française qu’elle adopte progressivement, elle vous fera partager le rythme du quartier vivant de Saint-Michel.

Dominique est un Bastidien “pur jus” et fier de l’être ! C’est grâce à son chien qu’il admet volontiers avoir été obligé de sillonner les différentes rues du quartier. Aujourd’hui, il prend plaisir à mener des groupes de promeneurs et à leur transmettre ses perceptions d’un quartier qu’il a vu beaucoup changer ces vingt dernières années. Amateur d’ouvrages historiques et de culture générale, il sait distiller les petites histoires qui font la Grande au gré de ses balades urbaines incarnées.

Son état civil mentionne 45 ans mais son éclat de rire est celui d’un éternel adolescent. Toiher a eu mille vies, un passé d’engagement et de professorat dans son pays des Comores qui l’ont forcé à un exil politique. D’abord à Mayotte, puis en France. Aujourd’hui habitant de Bacalan, il fait visiter ce territoire en tant que voisin, curieux de tout et surtout des autres. Son sourire n’est jamais très loin et son goût de la transmission est prononcé. Son objectif : une formation d’ambulancier.

Habitante du Haut-Cenon, Aude est aujourd’hui fière de faire découvrir les pépites d’un patrimoine méconnu le long d’un parcours qu’elle qualifie de “bucolique” ! Cette jeune femme discrète aime particulièrement la dynamique de groupe et les fous rires collectifs. Mieux se connaître, mieux connaître sa ville... c’est sur ce chemin qu’elle s’engage avec la plus belle des volontés à reconstruire un projet professionnel qui lui convienne vraiment.

Fatna, jeune femme de 32 ans, est souvent là où on ne l’attend pas. Habitante du quartier de la Benauge à Bastide depuis son enfance, elle a accepté bien volontiers d’animer des balades à St Jean-Paludate pour faire partager aux promeneurs son regard curieux. En tant que coursier à vélo, elle connaît bien la ville. Sa passion se porte sur le dessin et l’écriture de blogs en anglais. Son projet professionnel et sa formation vont la mener vers un emploi administratif ou d’agent d’accueil... à moins qu’elle décide de bifurquer vers une autre direction !

A 54 ans, Nathalie a une énergie communicative. Elle a vécu une grande partie de sa vie à Saint- Jean Belcier, un quartier qu’elle aime beaucoup faire découvrir car il est chargé d’une grande histoire sociale mais aussi des petites histoires et anecdotes qui ont fait son enfance. Elle y est aussi engagée en tant que bénévole dans plusieurs associations. Aujourd’hui, elle partage son goût du théâtre et notamment de l’improvisation avec sa fille. C’est pour cela que la formation de l’Alternative Urbaine dont l’un des intervenants est comédien-formateur lui a tout de suite beaucoup plu. Reboostée par l’animation de ses balades, son projet professionnel est maintenant à construire !

Monekat a la voix et l’âme d’un conteur. Il aime l’Histoire avec un grand H et ses façons de laisser des traces dans la ville actuelle. Le quartier de Saint-Michel, son nouveau terrain de jeux et de recherches, se prête bien à l’exercice de l’oralité qu’il affectionne. Originaire de Côte d’Ivoire, formé en philosophie et en histoire des religions, Monekat aimerait travailler dans le champ de l’insertion sociale et de l’associatif.

Emilie « no soucy », 36 ans, souvent le sourire aux lèvres et une expérience professionnelle d’autodidacte déjà bien remplie, y compris dans des « métiers d’homme » comme la soudure ! Son goût des autres la rend intarissable sur les projets associatifs et culturels de Bordeaux, avec une affinité toute particulière pour le street art. Son projet professionnel la conduit aujourd'hui à s'orienter vers les métiers d'accueil, peut-être dans le secteur du tourisme !

D’origine ukrainienne, Olga aime le théâtre, l’opéra et raconter ses rêves et les histoires des autres. « Le temps coule.. » et cette passionnée de belles architectures peut passer des heures à consulter des ouvrages sur l’histoire de Bordeaux. Celle qui a été ingénieur pont et chaussée a aujourd’hui d’autres projets pour sa vie professionnelle à Bordeaux. Elle saura vous emporter dans sa balade à Bastide « quand le rêve devient réalité ».

Pour vous tenir informés de nos actualités :
évènements, parutions, nouveautés...



Suivez-nous

Ils nous soutiennent

ARE33
BNP Paribas
ATIS
Région Nouvelle Aquitaine
CGET
Mairie de Bordeaux
Vinci